Entretien avec la fondatrice de Justesse : la marque de vêtements qui s’adapte à la morphologie des femmes

justine_chandler_justesse

Justine Chandler, c’est le nom de la fondatrice d’une des start-ups de la dernière promotion à avoir choisi l’incubateur Quai Alpha pour développer son activité. Conseillère en image de formation, cette jeune vosgienne est en train de créer Justesse, une marque de vêtements inclusive s’adaptant à la morphologie des femmes. Nous avons pu échanger avec elle pour en savoir plus sur son parcours.

Juliane : « Bonjour Justine, peux-tu me parler de toi ?

Justine Chandler : Bonjour Juliane, je m’appelle Justine, j’ai 24 ans et je suis originaire de Remiremont dans les Vosges.

J’ai commencé mes études par un BTS Commerce International à Nancy puis étant passionnée par la mode j’ai rejoint l’ISTA (Institut Supérieur Textile d’Alsace) à Mulhouse. C’est une école de commerce spécialisée dans le textile « mode et cuir » où l’on apprend à créer une collection de A à Z.

En septembre dernier, j’ai suivi une formation de conseillère en image. Je suis une passionnée de sport et je fais du tennis depuis que j’ai 9 ans. J’adore la compétition, sans doute plus que les entrainements. Depuis que les salles ont fermées à cause du Covid-19, je me suis mise au Crossfit.

Es-tu plutôt du genre solitaire ou préfères-tu le travail en équipe ?

Je travaille seule mais j’ai beaucoup de partenaires autour de moi. Pour le dessin et les patrons, je travaille avec des stylistes indépendantes. J’ai fait appel à une agence de communication et je travaille avec une entreprise locale pour la fabrication.

Comment t’es venue l’idée de Justesse ?

Lorsque j’étais étudiante à l’ISTA, beaucoup me demandaient : « qu’est-ce qui me va, qu’est-ce qui me met en valeur, … » mais je n’avais pas toujours la réponse. Durant cours sur la création d’entreprise, j’ai développé un projet fictif en partant du constat qu’il fallait amener du conseil dans la mode. A ma sortie d’étude, j’ai franchi le pas, et me voici !

Ma première idée était de négocier, acheter et revendre des vêtements Made in France. En prônant des vêtements adaptés aux morphologies, sous-entendu de toutes les tailles, je me suis heurtée aux caractéristiques du marché français.

Il fallait donc que je crée ma propre gamme de vêtements. Quai Alpha m’a beaucoup motivé, ils m’ont rappelé que j’avais toutes les compétences pour développer mon produit. Même si cela s’avère être un pari risqué j’ai décidé de tenter ma chance.

D’ailleurs, pourquoi ce nom ?

Il a été dur à trouver. Le premier nom était JINCC pour Justine Conseil Collection, mais à vrai dire cela ne parlait à personne. Ensuite, j’ai envisagé « à ma façon », mais cette dénomination était déjà prise et la sonorité n’était pas assez douce pour ma marque.

C’est en septembre dernier, en couchant sur le papier mon prénom que le mot Justesse est venu presque naturellement. Lorsque j’en parlais autour de moi cela faisait écho. Mon slogan a suivi avec : « Un style pour des silhouettes ».

justesse quai alpha
Pourquoi avoir choisi Quai Alpha pour ton incubation ?

Un ami entrepreneur s’était lancé avec un incubateur, et il m’a conseillé de faire la même chose. J’ai créé le dossier pour rejoindre la promo 2020 de Quai Alpha. J’ai débuté par un stage de cinq jours pour entreprendre et ma préincubation a commencé ainsi. Après de nombreuses formations, nous sommes passés devant un comité d’engagement chargé d’évaluer la faisabilité du projet et sa poursuite en incubation individuelle. A la clef, une bourse et un an d’accompagnement.

A qui s’adresse ta ligne de vêtements ?

Mes tenues s’adressent à toutes les femmes, mais avant tout à celles qui ont envie d’être accompagnées et principalement celles qui ont eu un changement dans leurs corps : sportives, jeunes mamans, prises ou pertes de poids. Elles sont souvent complexées et ne savent plus comment s’habiller. Je veux leur venir en aide.

Les femmes ont depuis la nuit des temps cette appétence stylistique. Toutes les femmes ont envie de beau sur elles, mais surtout de savoir ce qui va les mettre le plus en valeur. Je propose à celles qui choisissent Justesse un accompagnement et des conseils sur la morphologie, la colorimétrie et le tissu. Il ne faut pas confondre le relooking et le conseil en image : le but de ce dernier est de redonner confiance à la cliente et qu’elle se trouve belle à nouveau. Tu es comme tu es. Tu n’as pas besoin de changer. Ce sont mes vêtements qui s’adaptent à toi et non le contraire.

Qu’est-ce que tu conseillerais à celles qui n’osent pas (porter tes pièces originales ou se mettre en valeur par le biais de vêtements) ?

Je dirais qu’il faut montrer avant tout ce qu’on aime chez nous. Je crée mes tenues pour mettre en avant les atouts des femmes et non pour cacher leurs complexes. Mettre l’accent sur cet aspect permet d’effacer les imperfections que nous renvoient l’image de l’autre et les stéréotypes sur la beauté véhiculés par la société. Parce que notre complexe ne l’est pas forcement pour le regard de l’autre. Il faut penser à ses atouts !

Pourquoi est-ce si important de connaître sa morphologie et sa colorimétrie ?

Cela évite d’acheter des vêtements où tu ne t’apprécierais pas dedans. Si tu choisis comment tu t’habilles en fonction de ta morphologie, tu peux être sûr que cela te mettra en valeur. Ce qui aura pour effet de renforcer ta propre confiance, tu pourras ainsi te dire : « je sais que celle-ci me va, donc je sais aussi qu’aux yeux des autres ça ira et que je vais plaire ».

Pour la colorimétrie c’est exactement la même chose. Parfois, on adore le vêtement et le tissu puis une fois porté ça ne va pas. C’est fade, ou alors le tissu prend tellement le dessus sur la personne qu’on ne se voit plus.

Il est préférable que l’on nous dise : « tu es jolie dans cette tenue » plutôt que : « ta tenue est jolie ». C’est plus gratifiant. Avec Justesse, j’ai vraiment envie de valoriser la personne qui va acheter et porter mes tenues.

Où tes vêtements sont-ils fabriqués ?

J’ai fait le choix du local en m’associant avec une entreprise vosgienne reconnue pour son expertise dans le textile. Les Vosges sont une Terre Textile depuis longtemps, mais dans des textiles spécifiques : vêtements professionnels ou linge de maison. Pour autant, cela n’aurait pas eu de sens d’aller ailleurs, on a tout ici. Il y a les machines et le savoir-faire. Il faut juste que les couturières apprennent à traiter avec de nouvelles matières. Elles y arrivent très bien, elles sont superbes.  

Comment fait-on pour te suivre ?

Les précommandes commenceront sur Ulule le 8 mars à l’occasion de la journée de la femme. 

La première collection présentera des robes pour chaque morphologie au prix de vente de 250€.

Je suis active sur les réseaux sociaux Instagram, Facebook et LinkedIn principalement et prochainement sur mon site : http://justesse-france.com/.

 

Juliane LURAND