La France a été épargnée jusqu’ici, mais deux attaques en Ukraine ont prouvé que la possibilité existait. Les opérateurs se préparent. Il est exactement minuit, le 16 décembre 2016.

A quelques kilomètres au nord de Kiev, les transformateurs de la station de transmission d’électricité de l’entreprise Ukrenergo, chargés d’envoyer 200 mégawatts de courant vers la capitale ukrainienne, s’arrêtent brusquement.

Dans le froid mordant, des techniciens sont dépêchés sur place pour faire repartir l’usine. Quelques semaines et une enquête plus tard, Ukrenergo annonce avoir été victime d’une attaque informatique.

C’est une désagréable impression de déjà-vu : pour la deuxième fois en un an, des foyers ukrainiens sont plongés dans le noir, en plein hiver, par des pirates. En 2015, juste avant Noël, 225 000 foyers de l’est du pays avaient été privés de courant.

Lire la suite…