Martin Bouvron : Bonjour Hanen. Peux-tu te présenter à nos lecteurs, qui es-tu, quel est ton parcours ?

Hanen Belhaj Frej : Je m’appelle Hanen Belhaj Frej, j’ai 37 ans. Je suis informaticienne spécialisée en bases de données avec une solide expérience en marketing acquise à travers mon poste de chef de projet informatique au sein de la direction marketing de la BNP Personal Finance. Mes principales missions étaient d’analyser les données liées aux campagnes marketing et d’assurer une bonne communication entre l’équipe marketing et l’équipe informatique. L’idée d’entreprendre est née pendant mon congé parental. Je voulais mettre mes connaissances en informatique et en marketing au profit d’une cause qui me tient à coeur à savoir, la redynamisation des centres-villes à travers des outils digitaux facilitant l’entraide des commerçants, la collaboration et le partage.

MB : Tu développes un concept nommé « Citypeps ». En quelques mots, peux-tu nous dire en quoi cela consiste ?

HBF : Prendre le train du digital est devenu indispensable pour toutes les entreprises quelque soit leur taille et c’est encore plus valable pour les commerces de proximité parce que c’est sur internet que se trouvent leurs clients. C’est pour aider les commerçants à communiquer facilement et efficacement sur internet et les réseaux sociaux qu’est née “Citypeps”. Il s’agit d’une plateforme de communication digitale collaborative spécialement conçue pour les commerces de proximité, adaptée à leurs besoins et budgets.

Elle se présente sous la forme d’une boîte à outils permettant d’appliquer – à l’échelle des commerces d’une ville – les stratégies de base en marketing utilisées par les sites de commerce en ligne. Selon l’objectif à atteindre, “Citypeps” peut être utilisée de façon ponctuelle ou bien plus durable dans le temps, aucun engagement n’est demandé au commerçant.

MB : La redynamisation des centres-villes est un enjeu majeur, comment « Citypeps » se démarque t’il de la concurrence ?

HBF : “Citypeps” se démarque de la concurrence sur plusieurs niveaux. D’abord celui du concept, en proposant une plateforme inédite qui permet d’atteindre ses objectifs marketing grâce à des opérations à la fois ludiques et engageantes pour les prospects et les clients. Ensuite, au niveau du service, en s’occupant de toute la mise en ligne des opérations souhaitées par les commerçants, les déchargeant ainsi de cette tâche afin qu’ils se concentrent sur leur coeur de métier. Et enfin, au niveau du conseil en proposant aux commerçants une analyse des données liées à leurs campagnes marketing sur “Citypeps” afin qu’ils puissent capitaliser dessus pour améliorer les campagnes suivantes, qu’elles se fassent sur “Citypeps” ou ailleurs.

MB : Concrètement, comment ca marche ? Les retours sont-ils positifs ? Beaucoup de commerçants ont-ils déjà franchi le pas ?

HBF : “Citypeps” propose – pour démarrer – trois outils. Le premier se présente sous la forme de jeux concours multi-enseignes permettant à la fois de se faire efficacement de la publicité sur internet,d’augmenter le panier moyen d’un client du centre-ville et aussi d’attirer de nouveaux clients. Le second permet de proposer des bons d’achat aux adhérents de la plateforme afin de les fidéliser et de les inciter à consommer plus en centre-ville. Et le troisième est un annuaire local qui utilise les bons mots clés permettant aux commerçants d’avoir une présence pertinente sur internet afin d’améliorer leur référencement naturel sur des moteurs de recherche en ligne comme Google, Bing, Lilo …

La plateforme est en cours de développement et sera disponible prochainement, mais il y a déjà plusieurs commerçants à Thionville qui ont compris l’intérêt de l’utiliser et attendent son lancement. “Citypeps” a aussi l’appui de la municipalité et de l’association des commerçants de Thionville.

MB : Je crois savoir que tu es hébergé au Thi’Pi à Thionville . Comment cela se passe-t-il au quotidien avec les autres sioux ?

HBF : Effectivement, pour le lancement de ma start up, je suis hébergée au Thi’pi, le nouveau bâtiment Totem et pôle numérique Lorntech ouvert à Thionville depuis le mois de février 2018. Ce pôle a constitué un vrai tournant pour ma création d’entreprise. En plus de m’apporter un espace de travail convivial, il m’a ouvert les portes d’un réseau que j’aurais mis plus longtemps à avoir. Les ateliers qui y sont organisés m’aident à avancer sur des aspects de la création d’entreprise que je ne maîtrisais pas bien jusque là. Les échanges avec les autres sioux du Thi’pi et notre chef sioux Florence Christmann m’a permis de prendre du recul par rapport à mon projet, de challenger mes idées, de les améliorer et d’en avoir des nouvelles. Cela fait 4 mois que j’y suis et le bilan est plus que positif.

MB : Tu projettes le lancement de « Citypeps » pour la rentrée, comment vois-tu la suite ? Quels sont tes projets pour l’avenir ?

HBF : Une fois “Citypeps” lancée et adoptée par les commerçants, je prévois de l’étoffer avec encore plus d’outils leur permettant de collaborer et d’aller de plus en plus vers le digital. Toujours avec les mêmes principes : simplicité et efficacité accompagnés de conseils pertinents et services personnalisés.

MB : Merci Hanen et bonne chance pour la suite !