Les projets prometteurs de la French Tech au CES 2022 - Quai Alpha
Incubateur
Martin BOUVRON
m.bouvron@vosges.cci.fr
+33 6 16 15 96 32
Studio
Louis HOBLINGRE
l.hoblingre@vosges.cci.fr
+33 7 64 26 67 81

CES 2022 : focus sur les projets prometteurs de la French Tech

Comme chaque année, le CES se déroulant à Las Vegas nous a dévoilé les technologies de demain, issues d'entreprises innovantes, et pour certaines, françaises ! Retour sur quelques uns des projets les plus prometteurs de la French Tech pour cette édition.

QuaiAlpha_Consummer_Electronics_Show

Le CES (pour Consumer Electronics Show) est un salon organisé chaque année à Las Vegas, aux États-Unis, depuis 1967. Il est consacré à l’innovation technologique en électronique grand public, et réuni parmi ses exposants des centaines d’entreprises issues de différents domaines, les géants du milieu, tout comme les startups naissantes qui ont des produits innovants à présenter. Ce salon a pour but de dévoiler les technologies de demain, pour les industriels et les particuliers : c’est une sorte de porte ouverte vers le futur et ce que ce dernier nous réserve.

C’est là bas, que furent pour la première fois dévoilées des technologies qui font désormais (ou ont fait) partie de nos vies : magnétoscope, consoles de jeu (de la NES à la Philips CD-i en passant par la toute première Xbox), DVD, caméscope numérique ou encore Blu-Ray. On y retrouve même des présentations de « concept cars » : en effet, les voitures étant de plus en plus bardées de capteurs et de technologies, la présentation des avancées dans ce domaine dans un salon tel que le CES s’est démocratisée ces dernières années.

Mais depuis 2014, de nouveaux acteurs sont venues jouer sur les plates bandes de ces entreprises américaines, il s’agit des entreprises de la « French Tech ». Label créé pour récompenser les entreprises innovantes en France, ce dernier se démarque et se crédibilise de plus en plus à l’international, venant même, sur certains secteurs, à rivaliser ou devancer des géants de la tech bien installés depuis des décennies.

Cette année, ce sont pas moins de 130 entreprises issues de ce label qui se sont envolées pour Las Vegas afin de dévoiler ses innovations, représentant ainsi, la première délégation internationale après les États-Unis. Cocorico !

Nous allons donc passer en revue, et découvrir quelles ont été les entreprises françaises aux projets les plus prometteurs qui sont ressortis de cette 54ème édition, pour mieux comprendre ce que la « French Tech » nous prépare pour les années à venir.

👇

ActivMotion : un kit main-libre discret pour le télétravail

Depuis maintenant deux ans, nos usages et nos habitudes se sont vues bouleversées par une pandémie mondiale, forçant de nombreuses entreprises et institutions à repenser leurs manières de travailler. Ce fût donc notamment le cas avec l’explosion et la démocratisation du désormais bien connu « télétravail », permettant ainsi aux secteurs pouvant fonctionner ainsi de continuer leurs activités.

Néanmoins, se familiariser avec cette nouvelle façon de travailler n’a pas été facile pour tous : problèmes de connexion, matériel vétuste ou défectueux, pas de son ou pas d’image… ce ne sont là qu’une partie des tracas avec lesquels certains télétravailleurs ont été contraint de composer.

C’est ici que la startup grenobloise ActivMotion entre en scène et dévoile une solution efficace, légère et discrète pour améliorer la qualité de vie et de travail des particuliers, grâce à leur « système extra-auriculaire non-intrusif », un kit main-libre reposant sur le pourtour de l’oreille pour éviter à l’utilisateur de se couper de son propre environnement, tout en garantissant également une meilleure qualité de son entrant et sortant (ce paramètre pouvant être très aléatoire d’un interlocuteur à un autre, vous avez probablement déjà du en faire l’expérience)

Déjà présente sur le marché industriel, cette entreprise compte bien ouvrir son marché au grand public et espère à terme convaincre d’autres télétravailleurs, si tant est que la situation sanitaire globale venait à perdurer.

QuaiAlpha_ActivMotion_oreillette_crura

Crura, l’un des deux modèles d’oreillette de l’entreprise

Welco : pour en finir avec les points relais

Combien de fois vous est-il déjà arrivé de devoir attendre un colis entre 8h et 18h, pour qu’au final ce dernier ne soit pas livré ce jour ci ? Ou bien encore, que vous attendiez sagement une livraison avant de recevoir une notification vous indiquant que « vous n’étiez pas présent à votre domicile », pour ainsi voir votre colis déposé dans le point relais le plus proche (avec de la chance…) ? Ce ne sont là que quelques exemples de situations dans lesquelles vous vous êtes peut être déjà retrouvé, et qui témoigne des nombreux problèmes qui entachent l’image des service de livraison, et qui exaspèrent nombre de consommateurs chaque jours.

C’est à partir de ce constat qu’est né Welco, une startup lyonnaise qui a pour but de décharger ces services de livraison encombrés et pressés en y ajoutant un intermédiaire supplémentaire : un particulier.

C’est autour de ce modèle collaboratif que l’entreprise espère convaincre les grands du secteur. Elle a déjà réussi à séduire le transporteur UPS, et des tests sont effectués avec Cdiscount, Mondial Relay, ainsi qu’avec Chronopost. Des discussions avec Amazon sont également sur la table.

Le principe ? Les utilisateurs souvent présents à domicile (retraité, étudiant, personne sans emploi ou encore télétravailleur) peuvent, en échange de pièces justificatives attestant de leur identité, réceptionner les colis de leur voisinage, et ce en échange d’une rémunération allant de 0,40 à 1€ par colis. Cette solution permet aux « clients » de récupérer plus facilement et rapidement leurs biens, sans avoir recours à un éventuel détour par un point relais. 

« Nous mettons en avant une solution gagnant-gagnant pour le transporteur, pour le client et pour l'environnement. Si le client est absent lors de la livraison, le livreur doit reprogrammer une livraison ou déposer le colis dans un point relais. Avec Welco, il peut le laisser à un voisin inscrit sur la plateforme, qui a en plus des disponibilités horaires plus étendues que les points traditionnels. Cela permet de faire gagner du temps et des kilomètres à tout le monde. En ville, et encore plus à la campagne, où les points relais peuvent se trouver à plusieurs kilomètres ! »

Romain Barraud, Président & Co-fondateur
QuaiAlpha_livraison_colis_particulier_welco

L’entreprise met également en avant l’aspect lien social et réseau local que génère ce mode de livraison qui rapproche les membres d’un même voisinage. 

Welco aura géré environ 150 000 colis en 2021, et vise 500 000 colis pour 2022 et le cap du million d’euros de chiffre d’affaires.

Skinetic : une veste connectée pour sentir le virtuel

On vous en parlait dans notre guide sur le metaverse, dans la partie consacrée au matériel utilisé pour rendre réel ces promesses, mais de nombreuses entreprises sont déjà à pied d’œuvre pour créer les objets connectés de demain qui pourront interagir de manière instantanée avec la réalité virtuelle, et vice-versa.

L’une des ces entreprises se nomme Actronicka, et a dernièrement dévoilé un tout nouvel objet à retour haptique (retour sensoriel direct par le biais de force, de vibrations et de mouvements) : une veste, baptisée Skinetic.

Cette dernière permet de retranscrire avec précision sur votre corps les différents points de pression auxquels vous pourriez être exposés dans un univers virtuel. Cela peut être quelqu’un qui vous touche dans le (futur) « metaverse », une démonstration d’un endroit où appuyer dans le cadre d’une formation médicale, ou encore une retranscription fidèle (bien qu’on l’espère, indolore) de l’impact d’un projectile dans un jeu vidéo. Les applications et possibilités d’utilisation de ce genre de produit ne sera que plus diversifié avec le temps, et est pour le moment présenté comme une promesse d’immersion supplémentaire.

Airxôm : un masque pour éliminer virus et pollution

Les innovations en matière de technologies liées aux masques et à la purification de l’air que l’on respire sont devenus des enjeux majeurs suite à la situation sanitaire globale. Et toutes les entreprises qui se sont penchées sur le sujet l’ont bien compris. C’est le cas d’Airxôm, une startup lyonnaise qui affirme avoir créé le premier masque de protection respiratoire, grâce à l’aide du laboratoire de mécanique des fluides de l’école Insa Lyon.

Créé à base de particules métalliques, ce dispositif de filtration active à l’inspiration comme à l’expiration veut ainsi détruire de nombreux polluants chimiques responsables chaque année de plus en plus de problèmes respiratoires, mais aussi les micro-organismes, bactéries et virus, y compris donc celui du COVID-19.

QuaiAlpha_masque_filtration_particules_virus_airxom

Airxôm cherche à commercialiser son produit dès cette année, dans des pharmacies, à un prix avoisinant les 300€.

Auum : fini la montagne de gobelets en plastique

Pour terminer, faisons un tour du côté de la startup parisienne Auum (pour « Arrêtons l’usage unique maintenant ») qui a présenté l’auum-s, une machine qui a pour fonction de nettoyer, désinfecter et sécher un verre ou une tasse en moins de 10 secondes, grâce à de la vapeur à haute température ne nécessitant que peu d’eau, et aucun produit chimique.

Le concept vise surtout à privilégier le nettoyage et le recyclage de contenants, plutôt que de continuer à utiliser des gobelets en plastique ou en carton à usage unique. Cette solution proposée aux entreprises permet à ces dernières de choisir une alternative plus saine pour la planète, tout en adoptant des réflexes d’usage plus hygiéniques et compatibles avec la crise sanitaire.

Author avatar
Tom Destaing
Content & Community Manager @ Quai Alpha