Comment rebondir après un échec entrepreneurial ? - Quai Alpha
Incubateur de startups
Julia MARITON
julia@quai-alpha.com
+33 6 08 36 82 44
Studio de création de contenus
Louis HOBLINGRE
louis@quai-alpha.com
+33 7 64 26 67 81

L'échec est une option : comment une startup peut rebondir ?

La route de l'entrepreneuriat est longue et semée d'embuches. Et parfois, des imprévus peuvent se dresser et nous mettre au défi. Comment affronter cette adversité et la vaincre, et sinon s'en relever pour aller de l'avant ?

QuaiAlpha_echec_option_startup

En fonction de certains paramètres, d’évènements de vie, de contexte économique, d’acteurs externes… Certaines startup sont parfois amenées à devoir interrompre leur activité, voire même stopper cette dernière définitivement.

Tout semblerait alors pointer vers une mauvaise prise de décisions qui, au final, se serait avéré être un échec. Si ce sentiment est tout à fait normal, il n’est en revanche pas nécessaire de chercher un coupable ou de se demander en boucle « qu’est-ce que j’aurais pu faire pour éviter cela ? ». L’échec est une option dont vous ne devriez pas avoir peur, et vous auriez peut être même beaucoup à apprendre de ce dernier.

👇

Lorsqu'une startup s'effondre

Le prospect de voir une entreprise s’effondrer est une chose à laquelle beaucoup de fondateurs de startup doivent un jour faire face. Parmi les projets de startup lancés aux États-Unis entre 2011 et 2018, seul 1/3 d’entre eux ont dépassé le stade de financement nécessaire. Statistiquement, cela implique qu’une plus grande partie d’entreprises lancées ne verront jamais le jour, mais peu de leurs créateurs passent du temps à se préparer à cette éventualité, qui n’est pourtant donc pas si rare.

C’est le point critique qui explique cette donnée : la plupart de ces créateurs ne penses même pas à la possibilité de l’échec, et sont comme « déconnectés » de la réalité. Cela les poussent bien souvent à continuer de s’enfoncer dans quelque chose, alors qu’ils ne le devraient pas. Et il est difficile de dire à des personnes, si investies dans quelque chose, de simplement « lâcher l’affaire ».

L’échec est une part du voyage entrepreneurial.

Mais il y a deux manières de tourner la page d’une startup : la bonne, et la mauvaise.

Avec cette idée en tête, nous allons développer une liste afin d’aider ceux qui en auraient besoin à clôturer une affaire, et ce avec les meilleures retombées possibles pour les clients, les employés, ainsi que les investisseurs.

Bloquer et tacler

Le processus de fermeture d’une entreprise commence bien avant d’effectivement mettre la clé sous la porte. Les créateurs doivent être proactifs afin de maintenir un pouls au sein de leur entreprise, et continuer de tenir au courant des personnes comme les investisseurs.

Cette proactivité est essentielle : faites un retour mensuel auprès de vos investisseurs sur la situation, que cette dernière soit bonne ou mauvaise. La plupart du temps, si les choses se passent mal, les gérants auront tendance à faire l’autruche, alors que c’est précisément dans ces moments là que vous avez besoin d’être transparent et clairs avec ces gens.

Les plus expérimentés sauront de quelles liquidités une entreprise bénéficie-t-elle encore, et de quoi faire avec ces dernières pour prolonger la durée de vie de l’entreprise, ou pour gagner plus d’argent etc.

S’assurer que les employés et autres partenaires aient également suffisamment de signaux et d’alertes face à la situation pour avoir le temps de trouver d’éventuelles autres opportunités est aussi un détail essentiel.

QuaiAlpha_technical_issues

Après un dernier effort, considérez vos options de vente

Quand les choses se compliquent, les fondateurs doivent voir avec leurs investisseurs actuels si ces derniers pourraient être prêt à combler le déficit. Sinon, les autres options sont d’être rachetés, ou bien de fermer.

Idéalement, les fondateurs de startups devraient parler avec des acheteurs stratégiques ou des entreprises qui pourraient vouloir faire une « acquisition » avant de fermer leur entreprise. Si votre entreprise est à trois mois de votre « date de retrait », vous devez avoir un plan et un processus en place pour commencer à arrêter vos opérations en amont.

Si vous décidez de passer par la route du rachat parce que vos investisseurs ne veulent pas continuer à injecter de l’argent dans votre projet, faites attention aux « reprises » : il s’agit du moment ou un potentiel acquéreur expose des conditions de reprises, puis revient sur ces celles-ci à la dernière minute à un prix plus faible, sachant que l’entreprise n’a que très peu d’autre option.

Si toutes vos démarches ont échouées, alors vous pouvez démarrer le processus de clôture

Comptez environ 3 mois pour faire fermer une startup. C’est plus long que l’on pourrait s’imaginer.

La considération la plus importante à prendre en compte avant de fermer l’entreprise, est de le faire tant que cette dernière a encore des fonds, afin de pouvoir payer des congés à ses employés.

Un autre détail qui ne doit pas être oublié, est de correctement remplir sa dernière déclaration de revenu concernant l’entreprise. Autrement, vous pourriez faire courir un risque à votre compte bancaire personnel. C’est pour cela qu’il vaut mieux fermer tant que vous avez encore des fonds. Autrement, certains problèmes de taxes et d’imposition liés à l’entreprise pourraient avoir à être réglés avec votre argent. Ce qui vous mettrait dans une situation encore plus délicate.

S'occuper des investisseurs

Beaucoup des startups échouent, mais il est important pour les investisseurs d’être aussi cordiaux et compréhensifs que possible envers les fondateurs et managers. Peut être ces derniers auront plus de succès la prochaine fois.

De la même manière, l’équipe de management doit être compréhensive à l’égard des employés, car si l’un des créateurs, ou même un autre exécutif venait à créer une autre entreprise, peut être auraient-ils besoin de recruter ces mêmes employés.

Beaucoup d’entrepreneurs ne réussissent pas la première fois. Cependant, ils arrivent à rebondir et parviennent à leurs fins la seconde fois, car ils ont intégré toutes les leçons qu’ils ont appris de leurs premiers échecs.

Un bon investisseur saura reconnaître qu’investir dans une startup est un pari risqué, et que s’ils le font, c’est pour d’autres raisons que « devenir riche ». Un bon investisseur ne vous poussera pas à lui rapporter le plus d’argent possible, mais à épuiser toutes vos options, explorer toutes vos possibilités : à faire le maximum pour que votre entreprise rencontre le succès escompté.

La communication est la clé

Tout au long du processus de fermeture d’une startup, une communication honnête et directe est primordiale.

Il faut parler à ses clients et être transparent à propos de votre position actuelle. Ils comprendront. Ils ne seront pas forcément très satisfaits, mais il comprendront que vous êtes une entreprise jeune.

Si vous pensez que vous asseoir entre fondateurs et discuter de ce qui n’a pas marché, de chercher des fautes personnelles, des erreurs ou des faiblesses, est un échec, ce n’est pas le cas. Ce sont des leçons dont vous pourrez tirer des conclusions pour vos prochains projets.

La chose la plus importante est de savoir comment et quand bien communiquer votre message. Les autres détails, vous les découvrirez au fur et à mesure, mais le plus important reste la relation que vous avez construit avec vos employés, vos partenaires ou vos clients.

Comment en finir avec ça tout en expliquant concrètement ce qui est en train (et va) se passer, est le plus important.

Loriane Cuny
Loriane Cuny
Cheffe de Projet @ Quai Alpha