Le réseau social de Trump arrive sur le Play Store - Quai Alpha
Incubateur de startups
Julia MARITON
julia@quai-alpha.com
+33 6 08 36 82 44
Studio de création de contenus
Louis HOBLINGRE
louis@quai-alpha.com
+33 7 64 26 67 81

Le réseau social créé par Donald Trump obtient enfin le droit d'être téléchargé sur Android

Truth, le réseau social fondé par l'ancien président des États-Unis pour contrer la censure des autres plateformes, est sorti sur le Google Play Store.

QuaiAlpha_Trump_Truth_reseau_social

Sorti en février sur l’AppStore d’Apple, l’application créée par l’ancien président des États-Unis pour être à contre-courant des applications traditionnelles, en proposant une liberté d’expression plus importante, s’était vue refuser l’accès au Play Store de Google. La raison ? Une modération des contenus jugées insuffisante. Depuis le 12 octobre, elle est désormais disponible pour les utilisateurs de téléphones Android.

👇

Si tu ne peux pas les vaincre, alors rejoins-les

La création de l’application « Truth » remonte au temps où Donald Trump a eu des déboires avec différentes plateformes qu’il utilisait pour relayer ses discours et opinions, et notamment une en particulière : Twitter.

En effet, les propos de l’ancien président étaient parfois jugés dangereux, propageaient des fausses informations ou étaient considérés comme enfreignant les CGU (Conditions Générales d’Utilisation) du site, résultant généralement en la suppression de ses tweets, puis enfin d’un bannissement définitif de la plateforme après les événements de janvier 2021, lors de l’invasion du Capitole, où il avait encouragé ses partisans dans cette action, provoquant la mort de plusieurs personnes.

Alors enragé par cette décision qualifiée de « censure » par Trump, ce dernier décidait donc de créer son propre réseau social, baptisé « Truth Social », où la liberté d’expression serait le mot d’ordre, grâce à une société fondée cette même année, la TMTG pour « Trump Media & Technology Group ».

Grâce à cette plateforme, Donald Trump espérait ainsi retrouver une voix auprès de ses suiveurs, ainsi qu’un lieu où ces personnes (principalement partageant la même opinion politique, ou ceux déjà radiés des autres plateformes) pourraient se retrouver et continuer à converser.

Seul problème : ce lieu, où la liberté d’expression est reine, l’est peut-être un peu trop justement, puisque la modération des contenus, jugée inefficace par les responsables du Google Play Store, ont forcés les développeurs de l’application à revoir leur copie pour que Truth soit enfin disponible sur le store de Google.

QuaiAlpha Illustration Truth Social Trump Partisan

Un démarrage difficile

Bien que l’exercice soit plutôt novateur dans le domaine, il faut avouer que la sauce à du mal à prendre du côté de Truth Social. Actuellement à la 89e place du classement de l’AppStore dans la catégorie « Réseaux Sociaux », il semblerait que cette alternative libre peine à convaincre les utilisateurs, aussi bien les partisans que les détracteurs.

En effet, Trump n’a retrouvé qu’une fraction de ses abonnés sur son réseau flambant neuf, et passe ainsi de 88,8M de followers sur Twitter et 35,4M sur Facebook, à un maigre 4,18M.

Il faut dire que cette plateforme n’est clairement pas faite pour tous. Dans un premier temps, ceux qui la rejoignent ont généralement tous les mêmes opinions et partagent entre eux des contenus relevant souvent de théories complotistes liées au groupe QAnon, très en vogue aux États-Unis et dont les membres et la mouvance se revendiquent d’une idéologie que relaye Donald Trump.

Un institut d’évaluation des sources d’information, NewsGuard, a en effet constaté que sur cette plateforme, 88 comptes (dont plus de la moitié étaient « certifiés ») de plus de 10 000 abonnés relaient du contenu lié à QAnon, et que plus d’un tiers d’entre eux étaient déjà bannis de Twitter.

Pour résumer, Trump propose à ceux qui partagent sa façon de penser, et qui se sentent « muselés » sur les réseaux traditionnels, de le rejoindre sur Truth où ils seront libres de dire ce qu’ils pensent. Mais il semblerait donc que la proposition n’ait pas séduit autant de personnes qu’escompté. 

Reste à savoir si cette ouverture nouvelle au marché d’Android suffira à changer la donne, ou bien si cela représentera seulement un entre-soi baignant dans les théories complotistes.

Tom Destaing
Tom Destaing
Content & Community Manager @ Quai Alpha